Archives pour avril 2013

lettre de MATIN MAGIQUE (Aimer sur commande – 15/4/13)

«La joie ne vient pas de ce que vous faites, elle jaillit dans ce que vous accomplissez, et ainsi dans ce monde, depuis le fond de vous-même.»
– Eckhart Tolle, Unité avec toute vie 

lettre de MATIN MAGIQUE (Aimer sur commande - 15/4/13) dans MABULLEREFLEXO S'ADRESSE A VOUS ImageProxy.mvc?bicild=&canary=oEbv21oFN4Ve%2fdLHi8y%2bnBXbG6sgcecuhI4u3m%2fxhrY%3d0&url=http%3a%2f%2fwww.croissancepersonnelle.com%2ffr%2fpics%2fpixel99475590secretaire-entouree-par-pile-de-papier-jpg1-300x199 dans MABULLEREFLEXO S'ADRESSE A VOUS

J’ai longtemps eu la période des impôts en horreur. En h-o-r-r-e-u-r !
Le simple fait de préparer mes documents pour mon comptable (en fait,
le simple fait d’entendre le mot «impôts» !) me donnait des boutons.
À peu près toutes les tâches non créatives avaient cet effet sur moi, il
faut dire. Oh, si vous vouliez me torturer, vous n’aviez qu’à me 
demander de classer des documents ou de téléphoner à des compagnies
d’assurance pour avoir des soumissions. Chaque fois que je devais faire
ce genre de tâches – le genre de tâches qu’un robot aurait très bien 
pu faire à ma place, à mon avis –, je criais intérieurement. Ce 
n’était tellement pas en accord avec ma personnalité que c’en
était souffrant.

Puis, au fil du temps, j’ai réalisé une ou deux choses : premièrement,

même si j’avais pu déléguer ces tâches à un robot, il aurait fallu que

je prenne le temps de le programmer (oh, et que je commence par suivre

un cours de programmation) – donc je n’allais pas m’en sortir si

facilement. ;-) Mais surtout, j’ai compris une chose toute simple,

mais assez fascinante, qui a changé ma vie : j’avais tort de penser que

je n’aimais pas ces activités.

Oui, si je souffrais autant en les faisant, ce n’était pas parce 

qu’elles n’étaient pas en accord avec ma personnalité…

c’était d’abord et avant tout parce que j’avais décidé de ne pas les 

aimer. J’avais établi qu’elles n’étaient pas dignes de ma pleine

attention, alors

je les accomplissais avec toute la hargne que le Bon Dieu m’a donnée,

toujours pressée de les terminer. Et comment peut-on savourer une

chose quand on lui fait la guerre, ou quand on est continuellement pressé ?

Ainsi, ce n’était effectivement pas les tâches qui me donnaient 

des boutons, mais l’état dans lequel j’étais en les accomplissant. Et dès

que j’ai commencé à les accepter et à me donner entièrement à elles,

j’ai découvert à mon grand étonnement que je les aimais bien, en

réalité. Classer des documents est méditatif et relaxant, lorsque

je m’applique à bien le faire. Faire des appels peut être enrichissant,

grâce au contact chaleureux avec les gens, lorsque je m’enlève de la

tête que ce c’est qu’une perte de temps.

En fait, j’ai découvert qu’il n’y a pas une seule chose que je n’aime pas,

en réalité. Ou plutôt, qu’il n’y a pas une seule chose qu’il m’est

impossible d’aimer.

On pense généralement qu’aimer sur commande est impossible… que
l’amour est un sentiment délicat qui ne peut qu’émerger
spontanément, dans un nombre bien précis de circonstances. Comme si
on n’avait pas notre mot à dire.
Comme s’il y avait un espace quelque part dans le cosmos où il est
inscrit ce que l’on aime (ou non), et qu’on ne pouvait en déroger.

Quelle drôle d’idée, à bien y penser…

Évidemment, on ne choisit pas nos goûts et nos préférences. Cela

dit, même si ce que l’on fait n’est pas tout à fait notre tasse de thé,

on peut toujours cultiver un état d’accueil et de réceptivité. On ne

peut pas toujours faire ce que l’on aime, mais on peut toujours aimer. Et

dès qu’on choisit de le faire, tout devient étrangement agréable. Oui,

quand on accepte d’être où on est, et quand on s’investit 

complètement dans ce que l’on fait, absolument tout est délicieux. La

nature précise de nos activités a de moins en moins d’importance, car

le «délicieux» ne vient pas de l’action en tant que telle, mais de nous –

de notre état harmonieux.

On sait que dans certains pays d’Afrique et d’Asie, il y a des 

mariages arrangés –

des couples constitués d’individus qui n’ont probablement pas toujours le

maximum d’affinités. Et ces mariages sont souvent réussis,

apparemment. On pourrait se demander comment une telle chose

est possible, comment ils peuvent s’aimer alors qu’ils ne se sont même

pas choisis. Cette réalité est très loin de la mienne, donc je peux

seulement répondre intuitivement… mais j’ai l’impression que c’est

parce qu’ils ont décidé que ce serait ainsi,

tout simplement. Ils ne se sont peut-être pas choisis, mais ils ont choisi

de s’aimer. Et c’est assez.

Car vouloir aimer, c’est aimer, en réalité.

À peu près personne ici ne souhaiterait connaître un tel type de

mariage, bien sûr.

Nous voulons respecter nos besoins, notre personnalité. Nous voulons

faire ce que nous aimons, avec qui nous le voulons. Et c’est

magnifique… pourquoi accepterions-nous de se faire imposer un

partenaire de vie lorsqu’on peut en avoir un qui nous donne des papillons ?

Seulement, aussi noble soit notre désir de liberté, le fait est que 

nous avons tous des mariages arrangés, en réalité… Oui, nous 

sommes tous obligés de vivre avec des choses que nous n’avons 

pas choisies – comme les déclarations de revenus, ou certains aspects 

de notre travail, ou l’entretien ménager. On peut souvent changer ce 

que l’on n’aime pas, bien sûr, mais on ne peut changer le fait que la 

réalité est telle

qu’elle est en ce moment. Et à nous de décider si ces mariages

seront heureux ou non. Car ici aussi, c’est vraiment, précisément,

une décision.

Ainsi, il y a certainement des tâches ou des activités que vous n’aimez
pas particulièrement faire et dont vous ne pouvez vous libérer pour
le moment.
Que diriez-vous de vous pratiquer à les aimer sur commande, à cultiver
un état d’ouverture même si vous avez plein de bonnes raisons de leur
opposer résistance? Peut-être pouvez-vous vous déposer en elles,
comme dans un
bon bain chaud, et retirer votre satisfaction non pas de l’activité en
soi mais de votre propre détente.

Oh, plusieurs voient cette souplesse et cette humilité comme une forme

de faiblesse… Peut-être est-ce votre cas? Mais si on y pense, c’est 

au contraire une des plus grandes forces. Car lorsqu’on sait comment

aimer même ce que l’on n’aime pas, on peut tout aimer, finalement. Et y

a-t-il quelque chose de plus grand ?

Passez un beau début de semaine ! À demain !

Marie-Pier

P.-S. : Encore une fois, merci infiniment de partager la magie avec vos
proches! D’ailleurs, si vous recevez ce courriel d’un ami qui a eu
la gentillesse
de le partager avec vous, notez que vous pouvez vous abonner sans
frais à 
Matin Magique sur http://www.matinmagique.com et recevoir de
petites doses
de magie – comme ce message – directement dans votre boîte courriel.
Je seraisravie de vous accueillir dans la grande famille magique. :-)
Vous pouvez partager ce message sur Twitter ou avec
vos amis Facebook en
les invitant à aller le lire à cette

ImageProxy.mvc?bicild=&canary=oEbv21oFN4Ve%2fdLHi8y%2bnBXbG6sgcecuhI4u3m%2fxhrY%3d0&url=http%3a%2f%2fwww.croissancepersonnelle.com%2ffr%2fpics%2fspacer

ImageProxy.mvc?bicild=&canary=oEbv21oFN4Ve%2fdLHi8y%2bnBXbG6sgcecuhI4u3m%2fxhrY%3d0&url=http%3a%2f%2fwww.croissancepersonnelle.com%2ffr%2fpics%2fspacer
ImageProxy.mvc?bicild=&canary=oEbv21oFN4Ve%2fdLHi8y%2bnBXbG6sgcecuhI4u3m%2fxhrY%3d0&url=http%3a%2f%2fwww.croissancepersonnelle.com%2ffr%2fpics%2fspacer ImageProxy.mvc?bicild=&canary=oEbv21oFN4Ve%2fdLHi8y%2bnBXbG6sgcecuhI4u3m%2fxhrY%3d0&url=http%3a%2f%2fwww.croissancepersonnelle.com%2ffr%2fpics%2fspacer

Si vous appréciez ce que je vous offre par le biais deMatin Magique,
le plus
beau cadeau que vous pouvez m’offrir est de partager cette
ressource avec vos proches afin qu’ils puissent s’abonner aussi et
en bénéficier.

Merci! :-)

Vous aurez tous les détails de mon projet magique

ici :http://matinmagique.com/p.html

ImageProxy.mvc?bicild=&canary=oEbv21oFN4Ve%2fdLHi8y%2bnBXbG6sgcecuhI4u3m%2fxhrY%3d0&url=http%3a%2f%2fwww.croissancepersonnelle.com%2ffr%2fpics%2fpixel

© 2013 Monde Magique International Inc. – Tous droits réservés.

ImageProxy.mvc?bicild=&canary=oEbv21oFN4Ve%2fdLHi8y%2bnBXbG6sgcecuhI4u3m%2fxhrY%3d0&url=http%3a%2f%2fwww.croissancepersonnelle.com%2ffr%2fpics%2fspacer

ImageProxy.mvc?bicild=&canary=oEbv21oFN4Ve%2fdLHi8y%2bnBXbG6sgcecuhI4u3m%2fxhrY%3d0&url=http%3a%2f%2fwww.croissancepersonnelle.com%2ffr%2fpics%2fspacer

ImageProxy.mvc?bicild=&canary=oEbv21oFN4Ve%2fdLHi8y%2bnBXbG6sgcecuhI4u3m%2fxhrY%3d0&url=http%3a%2f%2fwww.croissancepersonnelle.com%2ffr%2fpics%2fpixel

Si vous recevez ce message d’un ami, merci de ne pas cliquer sur les liens
ci-dessous pour vous désabonner, car vous désabonnerez votre ami – pas vous. :-) Si vous souhaitez recevoir une seule édition de Matin Magique
 par semaine (le lundi seulement), vous n’avez qu’à remplir le formulaire à la page suivante:
http://www.matinmagique.com/hebdo.htmlPour vous désabonner de Matin Magiquecliquez ici.Pour mettre à jour votre prénom ou votre adresse email, cliquez ici.

C.P. 112 Magog, Quebec J1X 3W7 Canada 1 (800) 620-4221

Bonne nouvelle : Le port du pantalon enfin autorisé aux femmes à Paris

Bonne nouvelle : Le port du pantalon enfin autorisé aux femmes à Paris dans MABULLEREFLEXO S'ADRESSE A VOUS

Il aura fallu quelques 214 ans pour obtenir l’abrogation de la loi interdisant le port du pantalon aux femmes. Jusqu’ici, les Parisiennes sans robe, ni jupe, étaient HORS LA LOI !

Bonne nouvelle donc, les femmes viennent, le 31 janvier 2013, d’obtenir le droit « de s’habiller en homme ». Dans le Journal Officiel, le Ministère des Droits de la Femme qui avait été interpellé sur le sujet par un sénateur en juillet 2012 (article en fin de page) a confirmé que cette ordonnance datant de 1800 est incompatible avec les principes d’égalité entre les femmes et les hommes.

Signée par le Préfet de Police Dubois, l’ordonnance du 16 brumaire an IX (17/11/1800) empêchait la gente féminine de porter un pantalon sans avoir au préalable obtenu l’autorisation de la Préfecture de Police. Accusées de travestissement, les contrevenantes, jusqu’ici, c’est à dire « nous », risquions l’arrestation. On l’a échappé belle !

Cependant, plusieurs circulaires comme en 1909 autorisaient par dérogation les femmes à se couvrir les jambes – à condition qu’elles soient à vélo ou à cheval. Rendue caduc par la Constitution de 1946 qui garantit à la femme dans tous les domaines des droits égaux aux hommes, le texte était pourtant toujours en vigueur.

Mesdames, Mesdemoiselles, puisque le soleil est annoncé ENFIN pour dimanche, toutes à vos jeans, pantalons, pantacourts, 7/8ème, bermudas… à pied, à cheval, à vélo,  et vive la liberté !

Question écrite n° 00692 de M. Alain Houpert (Côte-d’Or – UMP)

publiée dans le JO Sénat du 12/07/2012 – page 1534

M. Alain Houpert attire l’attention de Mme la ministre des droits des femmes, porte-parole du Gouvernement, sur les dispositions, toujours en vigueur, de la loi du 17 novembre 1800 interdisant aux femmes de porter le pantalon. En effet, cette loi – la loi du 26 brumaire an IX – précise que « Toute femme désirant s’habiller en homme doit se présenter à la Préfecture de police pour en obtenir l’autorisation ». Cette interdiction a été partiellement levée par deux circulaires de 1892 et 1909 autorisant le port féminin du pantalon « si la femme tient par la main un guidon de bicyclette ou les rênes d’un cheval ». Si elles ne sont plus appliquées aujourd’hui, leur portée symbolique peut heurter nos sensibilités modernes, c’est pourquoi il lui demande si elle envisage de les abroger.


S’émerveiller – extrait d’un article paru dans le magazine Inexploré qui m’a été recommandé par une belle rencontre



Pour illustrer l’article ci-dessous, une vidéo qui m’a été adressée par un ami.

S’émerveiller, une solution pour être heureux ?

Savez-vous que s’émerveiller est bon pour l’esprit, mais aussi pour la santé, et que cela nous permettrait de vivre plus longtemps ? Explications avec trois experts en la matière.
S’émerveiller : les enfants sont extraordinairement doués pour cette capacité. Les regarder s’extasier ou rire à la moindre occasion est un pur délice mais peut aussi nous procurer un brin de nostalgie. Car en grandissant, nous devenons souvent aveugles aux merveilles de la vie. Et pourtant, échanger un sourire, savourer le temps passé avec les êtres aimés, contempler un paysage, écouter le chant des oiseaux, déguster un bon plat… Les occasions au quotidien sont nombreuses.

L’émerveillement : de la quête à la conquête

Le philosophe et théologien Bertrand Vergely, auteur de Retour à l’émerveillement, nous déculpabilise et nous explique que l’émerveillement de l’adulte diffère de celui de l’enfant. Arrivé à un certain âge, l’insouciance est souvent derrière nous et la réalité, parfois difficile, face à nous. La capacité d’émerveillement est alors une quête : « il faut avoir lutté contre soi pour parvenir à cet émerveillement-là. Il faut avoir surmonté la tristesse, la lassitude, la révolte, le désespoir et donc, les avoir rencontrés. » précise-t-il. Une fois cette capacité retrouvée, alors « un miracle s’opère : la vie se met à parler. Comme pour les enfants, avec la même magie. Une magie toutefois enrichie par l’expérience de la vie » ajoute le philosophe. Car pour l’auteur, rien n’est plus important : « on peut être riche, si l’on ne sait pas s’émerveiller, on est pauvre. On passe à côté de l’essentiel, on manque la beauté du monde, la richesse des êtres humains, la profondeur de l’existence. » Pour lui, la vie est un miracle : « Nous devrions être conscients de l’extraordinaire fait de vivre. » Le mot « émerveillement » vient du terme « mirabilia », l’union du mot « miracle » et du verbe « admirer », rappelle l’auteur. Or, selon lui : « quand on prend le temps du regard et de l’admiration, on soigne son âme avant de libérer une véritable générosité. »

Les bienfaits de l’émerveillement sur la santé

Autre condition de l’émerveillement : aimer la vie. Bertrand Vergely estime qu’ « en devenant présent à notre existence, nous allons voir celle-ci dévoiler sa richesse à travers mille détails. » C’est le message que diffuse également Florence Servan-Schreiber, journaliste. Elle a participé à des « cours de bonheur » basés sur la psychologie positive et créés par Tal Ben-Shahar, docteur en psychologie et en philosophie. Un manifeste rédigé en 1998 décrit la « science du bonheur » comme « l’étude scientifique des forces et des qualités qui permettent aux individus et aux communautés de s’épanouir ». Après avoir expérimenté ce programme, Florence Servan-Schreiber a voulu partager son expérience, ses connaissances, et des outils à la portée de chacun, dans un livre intitulé « 3 kifs par jour et autres rituels recommandés par la science pour cultiver le bonheur ». Parmi eux, le carnet de kifs ou carnet de gratitude. Il s’agit d’annoter chaque soir, dans un cahier, juste avant de s’endormir, trois évènements de la journée pour lesquels nous aurions envie de dire Merci ! Un exercice qui nous invite à prendre conscience des trésors et des richesses que nous offre la vie. Pour Florence Servan-Schreiber : « La gratitude libère de l’envie : la reconnaissance de ce que j’ai m’exonère du désir d’autre chose. Cela nous permet de mieux vivre avec ce que l’on possède déjà et d’être plus généreux. Ressentir et exprimer sa reconnaissance est un formidable antidote contre les émotions négatives, l’hostilité, le tourment et l’irritation ». Des laboratoires étudient les bienfaits liés au sentiment de gratitude. Ainsi, d’après le professeur Robert Emmons, les personnes qui tiennent régulièrement un carnet de gratitude « ont gagné quelques heures de sommeil, s’endormaient plus vite, et se sentaient plus reposées au réveil ». rapporte Florence Servan-Schreiber. Mieux vaut donc compter ses kifs plutôt que les moutons en cas d’insomnie, suggère-t-elle avec humour dans son livre. Plus fort encore, être dans la gratitude ou l’émerveillement permettrait de vivre plus longtemps. Pour mener une telle étude, il faut pouvoir étudier un groupe de personnes ayant exactement le même mode de vie et vivant au même endroit. Les chercheurs ont ainsi examiné des lettres biographiques rédigées par les religieuses d’un couvent à l’âge de 20 ans, 40 ans et 70 ans. Des sémanticiens ont analysé la teneur du vocabulaire et quantifié les mots en lien avec les notions d’émerveillement, d’optimisme et de gratitude. Ils ont ensuite étudié leur état de santé. Ils se sont aperçus que les religieuses manifestant le plus cet état d’esprit positif à travers leurs lettres vivaient en moyenne sept années de plus que les autres. Cette étude a été réitérée dans des contextes plus courants et les résultats sont les mêmes. Ainsi, s’émerveiller serait bon pour la santé.

L’émerveillement et la science, une fenêtre sur l’infiniment grand

Il y a quelques années, Morvan Salez, ancien astrophysicien au centre national de la recherche scientifique (CNRS), écrivain et auteur-compositeur, travaillait à la NASA dans un centre construisant des sondes d’exploration du système solaire. Il venait d’achever la construction d’un instrument destiné à détecter un rayonnement électromagnétique venant d’objets du ciel, installé sur un télescope au sommet du volcan d’Hawaï. Lorsque celui-ci a émis un signal, l’astrophysicien a bien sûr ressenti une immense joie, mais surtout, il a mesuré, à cet instant précis, l’entière dimension de ce résultat. Des photons provenant d’une autre galaxie venaient de parcourir des millions d’années lumière dans l’espace avant d’être détectés par son appareil. « C’est comme si ce photon que je venais de détecter me reliait directement à cette galaxie, au-delà du temps et de l’espace. Et moi, petit humain, je me connectais à ça. C’était tellement fort que cela m’a quasiment mis dans un état de transe. » confie le chercheur. Les découvertes scientifiques mais aussi biologiques l’émerveillent tout autant que la nature de l’esprit humain ayant permis ces avancées. « Savoir que l’être humain est capable de sonder l’Univers à ses débuts est une source d’émerveillement en soi. »Pour celui qui cultive cet état d’esprit à chaque instant, « j’aimerais tellement que, grâce aux sciences, les gens puissent prendre conscience qu’ils font partie de ce tout et qu’ils ont la chance inouïe de vivre cette expérience. Cela changerait tellement leur façon de voir la vie, d’illuminer leur quotidien. »

S'émerveiller - extrait d'un article paru dans le magazine Inexploré qui m'a été recommandé par une belle rencontre dans MABULLEREFLEXO S'ADRESSE A VOUS couv_1187Retour à l’émerveillement, Bertrand Vergely
Albin Michel (Septembre 2010 ; 326 pages) 


 

CITATION

 

 

rire10

« Le rire, comme les essuie-glaces, permet d’avancer même s’il n’arrête pas la pluie ».

Gérard JUGNOT


Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

vermoxfr |
cialisfr |
Suprême Service |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | le merveilleux pouvoir des ...
| En savoir PLUS
| Le blog de la mutuelle santé